Blog

Six outils pour concocter des pièces de viande savoureuses

Six outils pour concocter des pièces de viande savoureuses

Vous savez à coup sûr, par expérience, que plus une pièce de viande est grosse, plus longue doit être la période de macération si vous comptez l’enduire d’une sauce ou d’une marinade donnée.

Le temps n’est toutefois pas la seule variable importante. Il convient parfois d’en considérer d’autres dans le but de faire de pièces de viande des aliments succulents et juteux.

Voici six outils que vous pouvez employer pour veiller à ce que les pièces de viande que vous apprêtez deviennent un peu plus savoureuses à chaque étape du processus de cuisson.

Avant le processus de cuisson


Seringue à marinade

La seringue à marinade est un outil apprécié par ceux et celles qui s’intéressent autant à la cuisson de pièces de viande que la préparation de marinades pour l’assaisonnement de ces dernières.

La seringue est équipée d’une longue aiguille, parfois aussi d’une aiguille plus courte, qui peut être insérée à la profondeur désirée dans une pièce de viande sélectionnée.

La marinade, préalablement mise dans la seringue, est ainsi injectée dans le canal formé par l’aiguille, comparable à une paille de petit diamètre, dans la pièce de viande.

Vous pouvez créer avec la seringue autant de canaux que vous le souhaitez afin d’optimiser le processus de macération. L’outil se révèle pratique lorsque le temps de macération s’avère court.

Attendrisseur à lames

L’utilisation première de l’attendrisseur à viande doté de lames, fréquemment employé en boucherie, consiste en l’attendrissement de pièces de viande dont la chair se révèle plutôt tenace.

De nombreux professionnels de la boucherie et de la cuisine l’utilisent aussi pour favoriser l’absorption rapide de la marinade qui recouvre une pièce de viande de grosse taille.

Les lames créent, comme l’aiguille d’une seringue, de nombreux petits canaux dans la chair des pièces, canaux qui sont remplis de marinade lorsqu’on applique cette dernière sur la pièce choisie.

Les canaux produits ne sont pas très longs, mais ce petit outil en produit un grand nombre à chaque pression effectuée sur lui, de sorte qu’on peut rapidement en créer des centaines.

Pendant le processus de cuisson


Pinceau à badigeonner

Le pinceau à badigeonner s’avère l’outil de prédilection de qui est chargé d’enrober une pièce de viande d’une marinade ou d’une sauce de consistance plus ou moins épaisse.

Ce type de préparation adhère à merveille aux poils d’un pinceau, qu’ils soient constitués de silicone ou d’une matière naturelle, de sorte que l’application de la préparation est rapide.

Parce que les poils sont très flexibles, vous pouvez vous servir du pinceau pour badigeonner sans tracas toute la surface d’une pièce de viande, même les zones qui sont difficilement accessibles.

On détient un modèle pratique composé d’un protège-main, qui sert aussi de couvercle pour le récipient complémentaire. La marinade ou la sauce ne peut donc pas couler sur votre main.

Poire à jus

La poire à jus est quant à elle l’item le plus couramment utilisé pour l’arrosage d’une pièce de viande avec le jus produit par cette dernière au cours du processus de cuisson.

Elle rend la récupération de ce liquide, qui se mélange à ceux qui ont été ajoutés avant le début du processus de cuisson, dans le fond d'une rôtissoire ou de tout autre récipient très facile.

Certains modèles sont dotés de têtes pouvant être fixées dans l’ouverture de la poire, par exemple un pinceau ou une aiguille, qui en font des outils polyvalents.

Grâce à cet outil, si vous en faites souvent l’emploi au cours du processus de cuisson, vous contribuerez à diminuer les risques que la chair de la viande soit sèche au sortir du four.

Après le processus de cuisson


Tamis chinois

Le tamis chinois, aussi appelé chinois, est entre autres employé en cuisine pour l’extraction du liquide contenu dans des aliments, par exemple des légumes présents dans un bouillon.

Il est aussi utilisé pour accomplir la filtration de préparations liquides ou semi-liquides dans lesquelles se trouvent des éléments solides, notamment des marinades.

Vous pouvez employer un poussoir, un outil en bois à tête conique, pour presser les aliments cuits qui ont absorbé le liquide dans lequel ils baignaient au moment du processus de cuisson.

Le liquide obtenu peut être filtré à nouveau afin d’en retirer le gras et s’en servir pour constituer une sauce ou être utilisé en guise de base pour une autre recette.

Séparateur de graisse

Le séparateur de graisse peut être employé après l’utilisation d’un tamis chinois pour retirer le gras d’une préparation liquide ou s’avérer le seul outil utilisé pour servir du jus de cuisson.

Il est doté d’un tamis qui retient les éléments solides ou semi-solides présents dans le jus de cuisson. Il vaut toutefois mieux retirer les plus gros éléments avant de verser le jus dans la tasse.

Son bec verseur a été conçu de telle sorte que seul le liquide exempt de toute matière grasse peut circuler à l’intérieur et être versé dans une assiette ou tout autre récipient de son choix.

Il s’agit d’un outil fort efficace pour assurer la récupération du liquide pouvant être utilisé ultérieurement pour constituer une sauce faible en gras en un tour de main.

De l'assaisonnement et de l'amour

On peut se procurer les meilleures sauces, préparer les meilleures marinades, mais si une pièce de viande n’a pas été adéquatement assaisonnée, le résultat est susceptible de vous décevoir.

La seringue, la poire à jus et les autres outils présentés dans cet article sont quelques items parmi d’autres qui peuvent être employés pour améliorer la qualité du repas que vous préparez.

Témoignez de l’amour aux pièces de viande que vous apprêtez, faites-en votre devoir d’effectuer ce qu’il faut pour les gorger de saveurs exquises et vous serez à coup sûr récompensé!