Consignes lors de votre passage à l’une de nos succursales afin d’assurer la sécurité de tout un chacun :)
Couteaux : comparaison d’outils similaires

Couteaux : comparaison d’outils similaires

Qui connaît peu les couteaux de cuisine peut avoir du mal à différencier certains outils d’autres avec lesquels ils partagent de nombreux attributs.

Pour vous aider à y voir plus clair, on a relevé quatre paires de couteaux qui sont soit très similaires sur le plan physique, soit des alternatives à l’un et à l’autre.

Couteau de chef et couteau Santoku

Couteau de chef

Le couteau de chef, c’est la version européenne du long couteau utilisé pour la coupe d’aliments divers. Certains individus s’en servent pour accomplir presque toutes les tâches de coupe.

La longueur des couteaux de chef est très variable. Six pouces différencient les couteaux les plus courts des plus longs. La pointe du couteau est quant à elle d’ordinaire très effilée.

La pointe de certains couteaux de chef, souvent ceux de fabricants japonais, s’avère un croisement entre celle du couteau de chef conventionnel et celle du couteau Santoku.

Couteau Santoku

Le couteau Santoku se révèle essentiellement la version japonaise du couteau de chef. Il est lui aussi employé pour accomplir une variété de tâches impliquant la coupe d’aliments.

Sa pointe est en tout point unique, car le dos de la lame, autrement dit le côté non coupant, est plus arrondi que celui de bien des outils semblables et la lame est plutôt large.

De plus, de nombreux couteaux Santoku mesurent environ sept pouces, bien que certains outils soient plus courts et d’autres plus longs.

Traits communs

Le fil de la lame, c’est-à-dire le côté coupant, de ces couteaux ne touche pas complètement à la surface de travail lorsqu’il est appuyé sur elle. Certains couteaux Santoku font exception à la règle.

De plus, des alvéoles ont été formées sur la lame de nombreux couteaux de chef et Santoku. Grâce à elles, les aliments n’adhèrent pas à la lame pendant la coupe.

Couteau à fileter et couteau à désosser

Couteau à fileter

La lame du couteau à fileter est flexible parce que les poissons sont des protéines qui reposent à plat lorsqu’on les manipule. Le degré de flexibilité est quant à lui variable.

L’individu qui procède au retrait des filets de poissons peut faire une belle coupe en appliquant une certaine force sur la lame du couteau et ainsi retirer la peau sans y laisser trop de chair.

Couteau à désosser

La lame du couteau à désosser est solide parce que les os des pièces de viande le sont tout autant. Il faut un outil robuste pour bien séparer la chair des os.

Le dos de la lame est parfois droit, parfois courbé. Le choix de l’un ou l’autre relève de la préférence de celui ou celle qui fait l’acquisition d'un tel couteau.

Traits communs

Nombreux sont ceux qui ne sauraient distinguer un couteau à fileter d’un couteau à désosser. L’erreur est commune parce qu’ils paraissent presque identiques.

Ils sont tous deux dotés d’une lame très étroite et d’une fine pointe. Certaines lames ont aussi été formées de telle manière qu’il y a une petite courbe à la base.

Couteau à pain et couteau à pâtisserie


Couteau à pain

Le fil et le dos de la lame d’un couteau à pain sont généralement bien droits et parfois parallèles. La lame est quant à elle peu large, et elle peut être soit courte, soit longue.

Couteau à pâtisserie

Le couteau à pâtisserie est lui aussi doté d’un fil et d’un dos qui sont longs et droits. À la différence du couteau à pain, il est caractérisé par une lame plutôt large.

Plusieurs couteaux à pâtisserie sont longs, de telle sorte qu’on peut couper gâteaux et autres pâtisseries et former des tranches et des étages bien droits.

Traits communs

Les couteaux à pain et à pâtisserie sont similaires à s’y méprendre. Heureusement, ils peuvent tous deux être employés pour trancher les aliments constitués de pâte cuite de toutes sortes.

Le fil de la lame de ces couteaux est toujours dentelé. C’est la principale caractéristique de ces outils. Grâce à lui, la coupe est nette et la croûte, aussi croustillante soit-elle, n’est pas écrasée.

Couteau d’office et couteau utilitaire


Couteau d’office

Le couteau d’office est facile à manier étant donné la lame et le manche courts. Certains l’utilisent comme ils emploient un éplucheur, et d’autres l’utilisent avec une planche à découper.

Tous ne sont pas identiques en ce qui a trait à la forme de la pointe et du dos de la lame. Le choix de l’un ou l’autre des modèles dépend de l’utilisation qu’on souhaite en faire.

Couteau utilitaire

Le couteau utilitaire pourrait être décrit comme un croisement entre le couteau d’office et le couteau de chef en raison de sa forme et sa fonction.

Il s'agit d'un outil très polyvalent. Il est généralement un peu plus long que le couteau d’office et sa lame est plus solide que celle de ce dernier.

Traits communs

Les couteaux d’office et utilitaire sont semblables en termes de forme. Ce qui contribue à les confondre, c’est la lame relativement étroite et la pointe souvent très effilée.

Il existe deux versions de ces deux types de couteau, soit les couteaux à lame droite et les couteaux à lame dentelée.

Les couteaux, nombreux et uniques

S’il existe autant de type de couteau, c’est qu’il y a autant de tâches spécifiques qui requièrent l’emploi d’un outil de coupe adéquat, sécuritaire et facile à manier.

Lorsqu’on parvient à reconnaître les couteaux et connaître leurs fonctions, on parvient également à les employer à bon escient.

On en vient aussi qu’à comprendre qu’on peut se procurer que ceux dont on a besoin, et ainsi en acheter moins, mais de bons.